accueil évènements photographie

Actualité littéraire   


Bonjour,

J’ai le plaisir de vous inviter à la signature de mon recueil, La chute libre du jour,
récemment paru aux Editions La passe du vent,

le mercredi 15 février 2017 à 19h00 à la librairie La Virevolte

(4, rue Octavio Mey, 69005 Lyon).

Au cours de la soirée je lirai des extraits, accompagné par le saxophoniste Michel Fernandez.

Soirée animée par Thierry Renard, directeur des Editions La passe du vent.

J’espère vous y retrouver nombreux.

Réservation conseillée au 04 78 39 41 57.

En toute amitié.

Stéphane Juranics
http://stephanejuranics. blogspot.fr


http://www.lavirevolte.com

 

 


En avant-première et en attendant une prochaine signature, voici l'avis de parution du dernier ouvrage de Hervé BAUER. 


 
A L'ARTICLE DE LA MORT BAROQUE

Hervé Bauer
Préface de Michel Falempin
Levée d'ancre
LITTÉRATUREPOÉSIE EUROPE France

Hervé Bauer, pour qui connaît son œuvre, n'est pas un « spécialiste » de l'écriture baroque ou inspirée du baroque. Cette dimension, chez lui, est plutôt nouvelle mais ce qui me requiert particulièrement c'est qu'elle vienne se greffer sur sa manière antérieure et qu'elle le fasse tout au long de ce recueil. C'est que le poète baroque compose en même temps que le poète moderne déconstruit. - M. Falempin


Broché

ISBN : 978-2-343-09217-1 • mai 2016 • 104 pages

Prix éditeur : 12,5 €

 


 

 



Bonjour,
Je suis heureux de vous annoncer la parution, aux éditions Æncrages & Co, de "Ce doigt qui manque à ma vue" accompagné de 4 sérigraphies de Philippe Agostini.

On peut commander l'ouvrage dans toute librairie ou directement auprès de l'éditeur: http://aencrages.free.fr/accueil.php  //   aencrages.et.co@wanadoo.fr
(isbn: 978-2-35439-076-1 // 64 pages// impression en typographie sur papier ivoire 160g // Coll. Voix de chants // 18€)

En souhaitant que chacun passe de bonnes fêtes et finisse au mieux 2015.

Armand Dupuy
8 rue de Thizy
69550 St-Jean-La-Bussière
07.62.38.33.26
www.tessons.net
http://editions-centrifuges.blogspot.fr/

 

 

Invitation

Les Editions l’Harmattan et le Théâtre du Lucernaire
vous invitent à venir fêter le Printemps des poètes
RENCONTRE ET LECTURE
Présentation de notre champ poétique
Lectures
Le lundi 5 mars 2012
A partir de 18h30 heures
Théâtre du Lucernaire
Théâtre noir
53 rue Notre-Dame des champs
75006 Paris
(Un apéritif sera servi à la fin de la rencontre)
Entrée libre

Contact Editions l'Harmattan : Céline Lashermes
Courriel :
celine.lashermes@harmattan.fr

 

 

 

ANTHOLOGIE DE LA POÉSIE GRECQUE

1975 - 2005
Démosthène Agrafiotis, Kostas Nassikas
Traduit du grec par Kostas Nassikas et Hervé Bauer
Levée d'ancre
POÉSIE

Cetta anthologie-ci "cueille" les poètes grecs contemporains qui ont fleuri (anthos = fleur) après la mort du Nobel de littérature de 1963, le poète Séféris ; l'enterrement de celui-ci, en 1971 à Athènes, fut l'occasion de la première grande manifestation au sein d'une Grèce plongée dans le noir et la terreur de la dictature des colonels. C'est dans cette aube politique et poétique que les participants à cette anthologie ont commencé à publier.




ISBN : 978-2-296-56907-2 • février 2012 • 356 pages

Prix éditeur : 35,5 € 33,73 € / 221 FF
 
 

EAN Ebook format Pdf : 9782296481565

 

 


 

VIENT DE PARAITRE
Alain HELISSEN

La grande muraille de rimes

 

 

Parvenir à mettre la Grande Muraille de Chine dans une boîte d’allumettes…Impossible ! me direz-vous. Et je vous l’accorde. Alors, puisque la poésie permet tout, c’est la Grande Muraille de Rimes que j’ai glissée dans la boîte. Une boîte qui sautille allègrement sur la grande muraille de Chine, aux sons de …
rimes débridées
à la Chine dédiées

 

livre boîte d’allumettes
lisible en recto et verso
VOIX éditions ; collection matchboox
Prix : 5€
(rajouter 0,78€ pour frais de port pour une
commande de 1, 2 ou 3 boîtes)

COMMANDE à :
Alain Helissen
53 rue de l’Entente
57400 Sarrebourg
(règlement par chèque à l’ordre d’Alain Helissen)

 

C’est le cinquième livre-boîte d’allumettes que publie Alain Helissen, après pas vu, pas pris, le journaze du soir, nihil-liste, 100 pas pour rien et metz in japan-digest. (toujours disponibles). La Grande Muraille de Rimes est le premier à offrir une lecture recto et verso.

 


 

   

13, rue de l’École Polytechnique
75005 Paris
01 55 42 07 75
www.editionsorizons.fr/

 

  

Paru, de Jad Hatem
Rupture d'identité
et roman familial

LE MOT DE L'ÉDITEUR

Directeur de la faculté de philosophie de la prestigieuse Université Saint-Joseph de Beyrouth, Jad Hatem est un homme éminent, par son œuvre multiple et foisonnante. Philosophe, théologien, essayiste, poète, il a exhaussé ses sujets d’une main experte ; il n’est, semble-t-il, de domaine de la philosophie, qu’il n’ait travaillé ; comparatiste, il offre à son lecteur les moyens de poser un regard curieux sur des hommes et, forcément sur des modes de pensée, dont l’envergure philosophique et intellectuelle ne lui était pas tout à fait étrangère mais que, parfois, il n’aurait pas su rapprocher. Cet esprit profond n’ignore pas que la philosophie, comme art de la discussion, n’est pas détachable des œuvres plus singulièrement littéraires. Lecteur infatigable des plus grands auteurs, il commet des analyses d’une extraordinaire densité. Homme de pensée, il fait du « bel œuvre » le témoin d’une aventure individuelle et d’un cheminement esthétique dédoublés par une ascèse de la liberté. Poète aux riches assonances, il donne des pièces nourries de son expérience intérieure, certes, mais aussi de la puissance d’une culture prodigieuse. À tous les sens du mot, Jad Hatem est un humaniste auquel le signataire de ces lignes doit beaucoup. En ouvrant nos livres, dont les belles pages sont à votre disposition, et en allant, de proche en proche, vers d’autres œuvres, vous découvrirez un homme de pensée considérable. Son œuvre nous le prouve en sa multiple fécondité.

Pour consulter les extraits de ce texte, veuillez cliquer sur le titre de l'oeuvre.
 

RUPTURE D'IDENTITÉ ET ROMAN FAMILIAL

Le rapport de la conquête de soi à travers la crise de l’identité est, dans le présent essai, mis en rapport avec l’imaginaire romanesque. Dans une première section où sont étudiées des œuvres d’Olivier Rolin, Marguerite Duras et Daniel Cohen, l’accent est mis sur l’expérience du Soi comme un autre. Une deuxième section fait appel aux œuvres de Patrick Süskind, Farjallah Haïk, Michel Henry, Claude Romano, Bahjat Rizk et Charif Majdalani en vue de marquer la position de l’autre comme Soi. La disjonction opère ici et là comme l’épreuve de l’affectivité et de la construction de la personnalité. Le romancier comme œil de soi-même en qui l’harmonie se compose et se décompose car il est à la fois le lieu du repos esthétique et celui du repos éthique.  
 

Jad Hatem, professeur de philosophie et de littérature à l’Université Saint-Joseph, est notamment l’auteur de Nikos Kazantzaki : masque et chaos (Cariscript), La Genèse du monde fantastique en littérature (Zeta Books), La Femme nodale. Thomas Mann et Daniel Cohen (L’Harmattan), La poésie slovène contemporaine : l’écriture de la pierre (Éd. du Cygne). 


ISBN 978-2-296-08781-2 ;
format 13.5cm x 21cm ; 
172 p. ; 
17 €


 

 

 


 

 

Logo Harmattan

5-7 rue de l’Ecole Polytechnique
75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr

Vient de paraître

 

 

 

 

LE RETOUR DES OISEAUX


de Nikos Engonopoulos
Traduit du grec par Constantin Kaïteris

Préface de Nanos Valaoritis

Coll. Levée d’Ancre
ISBN : 978-2-296-12978-8 • 13.50 € • 138 pages

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 « De tous les poètes et peintres grecs de la décennie 1930, Engonopoulos est le seul à incarner simultanément le poète et le peintre. Sa peinture reflète sa poésie et sa poésie sa peinture, au sens figuré et, parfois, au sens propre du terme. Parfaitement bilingue, plus que les autres poètes de son temps, il réussit à pratiquer un art où la sensibilité française et l’élément hellénique s’unissent afin de créer un style unique. »
Nanos Valaoritis


 L’auteur

Nikos ENGONOPOULOS (1910 – 1985) est resté toute sa vie fidèle à son engagement surréaliste. Son lyrisme à la fois pathétique et doué d’un humour inimitable utilise le mélange des langues, démotique et katharévoussa (langue grecque restituée) pour accentuer la tension entre le tragique et le quotidien, souligner concrètement le drame grec, la trajectoire hypothétique d’une langue insolite à travers un monde à la dérive. Il est une voix très proche de nous, une grande voix de notre temps. Le premier recueil de Nikos Engonopoulos, Ne pas parler au conducteur, paraît en 1938. Ses poèmes sont réunis en deux volumes chez Ikaros, à Athènes. S’y ajoute le recueil Les Roseraies dans la vallée (Ikaros). Bolivar, traduit par F. Gonzalez-Battle, a été publié en 1976, en édition bilingue, chez Masp&e acute;ro. Le n° 92 de Digraphe, 2000, a publié de larges extraits de Eleusis et Le Retour des oiseaux, dans la traduction de Constantin Kaïtéris.

Extraits

   Je dénoue ses cheveux, plonge les mains dans ses tresses splendides et mon rire résonne au-dessus des montagnes, des vallées, des ravins et des cimes couvertes de neiges éternelles. La supplication de ses yeux blancs me déchire le coeur: il faut encore que je déracine les arbres, que je laisse couler librement l’eau de la rigole, il faut que les belles filles brunes reviennent se faire asperger les seins par le jet d’eau couleur de rose. Il le faut, il le faut, il le faut ...
   Je presse entre mes nobles paumes la grenade de la joie. J’ouvre la cage aux oiseaux afin qu’ils s’envolent librement dans la nuit.
   De l’évier s’envole un ange.
   Moi, je l’accueille, je lui offre des timbres, des figues, des peaux de lion, des baisers.
   Je me tiens sur le seuil de la villa. Je scrute l’horizon, puis je me penche pour essayer de nettoyer avec les doigts la dalle du tombeau afin que la lune vienne s’y poser.
   Soudain, une voix retentit:
« Nikolaos Engonopoulos, tu n’aurais pas dû faire cela! »
   alors, nous nous asseyons tous ensemble pour pleurer autour de la table recouverte d’une nappe rouge sur laquelle un compotier contenant des fruits flétris nous rappelle l’inutilité de toute attente comme de tout espoir.

 

 

 

 

AVENTURES DANS LE
COMMERCE DES MOTS

 

Constantin Kaïteris


Collection : Levée d’Ancre
ISBN : 978-2-296-13626-7 • 10 € • 62 pages

  

 

 

 

 

 

 

Mais appréhendes-tu ce qui se trame/hors de ton dos dans la lumière/à bouche que vois-tu ?/C’est ta vie point par point/que l’on ombre ainsi/
– le bruit de matrice…/de loin tu n’y verrais /que des cendres/sur le plomb
//Le bruit du plomb dans la tête issue de la matrice

De ce commerce où le dictionnaire cache des forêts sombres, des périples, des dérives, des îles mystérieuses, un sang d’encre et de sons, le voyageur ramène ici des clichés de chambre noire, tracés où la lumière n’est rien sans l’ombre qui lui donne sens, et qui disent l’intime comme le multiple. Et l’aventure c’est peut-être de faire que ces clichés ne se figent et ne deviennent la poix des mots et l’échec des photos. Il faut alors chercher la passe dans la passion lexicale des navigateurs qui font parfois escale dans des chambres qui sont des îles, chambres noires où la lampe des aurores et des révolutions est aussi celle du désir et celle qui permet la lente montée des images. Et passent héroïnes fragiles ou décidées, héros inoxydables à la Jules Verne, Roland furieux, Alice dans la nuit du chasseur. Car dans le tangage du langage où nous découvrons les mots de passe qui permettent d’échapper aux naufrages (et au pire qui est de rester au port) ou d’y survivre – le naufragé transforme par des mots délavés sa dérive en périple – nous traversons romans, salles obscures et images, tout ce que la poésie peut carotter dans son forage. Arrivent alors les forêts obscures, les nuits et les îles de l’exil, et les fuseaux du temps qui fuit. Mais toute aventure est la trace d’une traduction permanente, un trafic des mots métissés qui ignorent les frontières, les ostracismes, les déportations et les reconductions, et ouvrent une histoire qui ne s’arrête pas au cadran de la montre ni au cadran solaire. C. K.
 

 EXTRAIT

 Au beau milieu du chemin de notre vie
j’étais dans une forêt sombre
et maigre au bord de la balafre qu’une autoroute
traçait sur la joue des collines

Et j’avais perdu le sud
en tournant le dos à la porte
bleue refermée de la mer
ne pouvant plus ici
lire le vent à l’odeur de thym qu’il emporte
ayant caché sous ma langue
 le disque
fondant du soleil

Et les brindilles craquaient sous mes pas
comme l’escalier sous les pas de l’expulsé
Et la forêt était jonchée de papiers gras
vestiges vagues de voyageurs froids

Comment être porteur d’une ombre déjà portée
sans trébucher
gauche sur le seuil du soleil ?

 

Si vous souhaitez être informé régulièrement de nos "Parutions Poésie", merci de bien vouloir nous indiquer votre adresse mail.

 

 

 

Vous pouvez commander cet ouvrage directement à votre libraire habituel,
sur notre site internet :
http://editions-harmattan.fr,
ou en renvoyant par courrier postal le bon de commande suivant :

BON DE COMMANDE

A retourner à L’HARMATTAN
7 rue de l’École Polytechnique
75005 Paris

Veuillez me faire parvenir ...... exemplaire(s) du livre :

              Aventures dans le commerce des mots        

   au prix unitaire de 10 €
Frais de port à ajouter (pour 1 exemplaire) : France : 3 € ;
+0,80 euros par ouvrage supplémentaire

NOM :............................................................................................................................................................

ADRESSE .....................................................................................................................................................

........................................................................................................................................................................

Ci-joint un chèque de ............ €.

Pour l’étranger, vos règlements sont à effectuer :
- en euros sur chèques domiciliés sur banque française
- par virement en euros sur notre CCP Paris :
(IBAN : FR 40 2004 1000 0123 6254 4N02 011 / BIC : PSSTFRPPPAR)
- par carte bancaire (Visa uniquement)
......................................................date d’expiration...../...../...../
le numéro CVx2 (les 3 derniers chiffres se trouvant au dos de votre carte, à gauche de votre signature) :

 

PARUTIONS
Juin 2011

Madame, Monsieur,

Nous sommes heureux de vous présenter nos dernières parutions Poésie.

Nous vous remercions pour l'attention portée à nos publications.
Contact : Céline LASHERMES
Tél : 01 40 46 79 23 / mail :
celine.lashermes@harmattan.fr

 

 ESSAIS     
         
    RABINDRANATH TAGORE
Sentinelle d'une Inde nouvelle

Fabien Chartier, Malou L'Héritier
Cet ouvrage, composé d'une dizaine d'articles, s'interroge sur l'impact que le poète Bengali Rabindranath Tagore (1861-1941) a eu sur le monde littéraire, artistique et politique. Il aide à comprendre comment ce penseur et réformateur social, la "grande sentinelle", ainsi que l'appelait Gandhi, mit en garde l'Inde et l'humanité tout entière contre les dangers du grégarisme, et prépara et accompagna avec intelligence et courage ses compatriotes sur les chemins de la liberté, de la démocratie et de la modernité.
Coll. Discours identitaires dans la mondialisation, ISBN : 978-2-296-54965-4 • juin 2011 • 186 pages
Prix éditeur : 17,5 € 
 
         
    LECTURES PHÉNOMÉNOLOGIQUES DE MALLARMÉ
Salvatore Grandone
Rencontrer l'oeuvre de Mallarmé... Sartre, Derrida, Lyotard, Badiou ont relevé ce défi en interrogeant les poèmes de Mallarmé. Ils ont essayé de dévoiler la structure intime d'une phénoménalité qui plonge son lecteur dans l'espace d'une absence, dans un lieu pré-textuel en dehors du logos. Ces lectures ont eu le mérite de traverser les paradoxes du Néant qui hante Mallarmé. Elles montrent la manière dont notre poète travaille la signe en le vidant de sens.
Coll. Ouverture Philosophique, ISBN : 978-2-296-54733-9 • juin 2011 • 130 pages
Prix éditeur : 13 €
 
         
      POUCHKINE
Choix de poésies

Charles Weinstein
Dans sa poésie Alexandre Pouchkine aborde des thèmes qui lui tiennent à coeur: la liberté, l'amour, la terre natale, la mort. Il insiste sur l'indispensable indépendance du poète, sur la nécessaire conquête de sa dignité.
Coll. Espaces Littéraires, ISBN : 978-2-296-54257-0 • juin 2011 • 206 pages • 19,5 €
 
         
CREATIONS        
         
    L'IVRE TRAVERSÉE DE CLAIR ET D'OMBRE
suivie de
Les camps oubliés
Philippe Tancelin
Au centre de ce nouveau recueil poétique et philosophique de Philippe Tancelin, est posée la question de la rencontre ou plus précisément "le devenir rencontre" : lorsque, à la faveur de l'Autre, nous allons... de certitudes... en étonnements... d'attendus... en inattendus... vers la source retrouvée d'une saison d'enfance.
Coll. Poètes des cinq continents, ISBN : 978-2-296-54954-8 • juin 2011 • 158 pages,  15,5 €
 
         
      L AN NUIT DES ROIS
suivi de
Spires rituelles, carnets de surréel et Astrosophia

Anne De Commines
Claude-Alain Planchon
L'An nuit des rois grave des visions comme des tableaux. Fin du monde et sphères obscures constellent des eaux-fortes où le souvenir devient tracé. Des figures issues des Terres Noires alchimiques respirent et se répondent à travers les limbes pour conquérir le développement durable de l'esprit. Anne de Commines et Claude-Alain Planchon mêlent onirisme et vestiges hermétiques.
Coll. Poètes des cinq continents, ISBN : 978-2-296-55067-4 • juin 2011 • 92 pages, 11 €
 
         
   

DE L'AUTRE CÔTÉ DU RÊVE
Al otro lado del sueno
Luisa Ballesteros Rosas
Dans De l'autre côté du rêve, la poésie se définit comme arme et conscience, car la poésie en elle-même offre une justification de l'expérience, de la vie. Par le contact constant avec la nature, ses vers sont peuplés de perles, lunes, roses, feuilles et épis, dans une philosophie optimiste de l'existence, s'éloignant du contexte littéraire colombien des dernières années où, dans un langage plus familier, celui de la rue, la ville s'impose.
ISBN : 978-2-296-55072-8 • juin 2011 • 100 pages • 11 €

         
   
CHOIX DE POÈMES LUS PAR L'AUTEUR
Jean-Pierre Faye
Livre audio
Poème est action de poésie et ce qui se marque sur horizon, ou sur le proche, le toucher, et le non visible touché au fond, le goût même dans la douleur, et son histoire, il est marqué de temps et instantané, il demande à ce qui écoute, il est cette histoire même.
ISBN : 978-2-296-54723-0 • juin 2011 • 150 pages • 25 €
 
         
      J'OURNAL
De ces tabloïds cuits aux soleils d'Hiroshima, & au micro-ondes de tchernobyl-Fukushima...

Alain Robinet
« Bac à terriens en surplus dans bas – bacs atterris d'ailleurs interstellaires, galactiques étrangers sur cette orange bleue, verte de peur devenue car ils l'auto détruisirent si pressés d'en extraire tout le jus… » Alain Robinet ne mâche pas ses mots-silex de rêves éveillés, où des bribes de réalité sont soulevées par la lente poussée de son déluge.
Coll. Levée d'ancre, ISBN : 978-2-296-55448-1 • juin 2011 • 66 pages, 10,5 €  
 
         
      RÉPERTOIRE DES SIMPLES
Pierre Goldin
Très tôt j'ai fui les boulevardsŠPeut-être seulement en quelques heures de nuit, la villeŠs'ouvrant au silence redevenait quelque chose d'humainŠJ'avais pitié de l'alibi des squaresŠAussi, dès que je l'ai pu, j'ai emmené les rues au plus loin queŠj'ai pu et je les ai laissées sous mes arbres afin que chacunŠpuisse aller parmi les simples retrouver quelques mots du soleilŠcoulés dans l'or amer des renoncules
Coll. Témoignages poétiques, ISBN : 978-2-296-54641-7 • juin 2011 • 195 pages, 14,5 € 
 
         
    TRAVERSÉES POÉTIQUES - TRAVESIAS POÉTICAS
Poètes argentins d'aujourd'hui

Nicole Barriere, José Muchnik
Troisième millénaire, urgence poétique, donner des ailes aux mots, des horizons aux regards, trouver des portes derrière le brouillard du discours. Un groupe de poètes argentins et français a commencé à cheminer dans ce sens, sans courant ni modèles, avec pour seule prétention de construire des ponts : ponts aériens, ponts suspendus, ponts poétiques pour traverser les haines, les déserts et les cécités. Cet ouvrage permet au lecteur français de découvrir la diversité des voix de la poésie argentine d'aujourd'hui.
Coll. Accent tonique - Poésie, ISBN : 978-2-296-55076-6 • juin 2011 • 218 pages • 21 € 
 
         
    COULEUR DE SABLES
Nazand Begikhani, Dilawar Qaradaghi
Traduit du kurde par Shakour Bayez en collaboration avec Bertrand Foly, relu par Thierry Denoyelle
Couleur de sables est inspiré par le désastre du 1er février 2004, un désastre causé par deux attentats terroristes dans la ville d'Erbil (capitale actuelle du Kurdistan Irakien). Cet événement est un drame que les poètes élèvent à une dimension mythique liée à l'histoire des Kurdes.
Coll. Accent tonique - Poésie, ISBN : 978-2-296-55077-3 • juin 2011 • 60 pages, 10 € 
 
         
    MAISON DES OMBRES
Bernard Fournier
Préface de Marie-Louise Audiberti, Dessin de Jacques Destoop
"Comment dire sa souffrance quand l'autre disparaît ? Bernard Fournier nous donne ici un long poème modulé en diverses stations, dédié à son épouse défunte. Etrangement, ce cri résonne de vie. Plus s'affine et s'exacerbe la douleur de l'auteur, plus la dame à l'écharpe rouge, que j'ai eu le bonheur de connaître, prend du relief. On devine tout ce qui s'est éteint avec elle, et par là même tout ce qu'elle incarnait pour lui." Marie-Louise Audiberti
Coll. Accent tonique - Poésie, ISBN : 978-2-296-55063-6 • juin 2011 • 110 pages • 11,5 € 
 
         
    QUELQUES MÉCHANCETÉS MOINS UNE
Françoise Coulmin
Préface de Jean-Luc Despax
Ces quelques traits s'appuient sur l'observation amusée et malicieuse du milieu bien particulier des poètes. Monde grouillant, effervescent, démultiplié en chapelles. Sa fréquentation met en évidence quelques caractéristiques que chacun pourra reconnaître.
Coll. Accent tonique - Poésie, ISBN : 978-2-296-55388-0 • juin 2011 • 50 pages
Prix éditeur : 8 € 
 
         
      JARDINS DU TEMPS
Poèmes et nouvelles

Hélène Weber
Ce recueil de poèmes et de nouvelles nous fait entendre une voix qui, tour à tour, dit en sourdine la gravité du monde et chante sa beauté. Une voix amoureuse de la vie, d'un amour qui n'est pas aveugle devant le malheur ou l'injustice. Une voix qui sait "redire sans émail les mots de l'unisson". La voix terrestre d'Hélène Weber s'est tue fin 2010, elle nous a laissé ses mots pour continuer à nous accompagner.
ISBN : 978-2-296-54530-4 • juin 2011 • 100 pages • 11 €
 
         
      CHANT FUNÈBRE
pour Danièle da Silva

Gérard Da Silva
Ce chant funèbre est dédié à la soeur de l'auteur, Danièle, décédée à l'âge de dix-neuf ans, tuée par ce qu'il est convenu d'appeler un "chauffard". Il est possible de le lire comme une suite de douze poèmes de huit vers. Ce thrène peut se lire également en ses quatre-vingt-seize vers, d'un seul tenant.
ISBN : 978-2-296-54533-5 • juin 2011 • 34 pages,  7 € 
 
         
      LE CHANT DES DARSES
Brigitte Maeght
Comme une ville qui jamais ne dort, le port, le grand port maritime dans ses dimensions les plus extrêmes, est un spectacle permanent. Une invitation à mesurer la lenteur, celle des mastodontes en mouvement, leur savante valse, celle des tas qui se forment, se déforment, se reforment, celle d'une géométrie en train de naître au détour d'un hangar, d'un pont, d'une route à peine carrossée qui semble ne mener nulle part.
ISBN : 978-2-296-54643-1 • juin 2011 • 50 pages, 8 €
 
         
      LA FIN D'UNE HISTOIRE
Paul Mari
"La poésie de Paul Mari n'a rien à proprement parler d'une partie de plaisir bien qu'elle dispense de singulières jouissances : avec les simples mots des hommes de tous les jours, le poète de Coaraze nous révèle l'absurdité d'une réalité égarante en laquelle il décèle une métaphysique des petits riens où notre existence se défait, où nos jours et nos nuits se dissipent en poussières de particules grises." André Chenet
ISBN : 978-2-296-55061-2 • juin 2011 • 58 pages, 10 €
 
         
      LE ROMANTIQUE IMPUISSANT
Jean-Philippe Samarcq
Préface de Patrick de Carolis
Le romantique impuissant est une oeuvre singulière qui s'est construite naturellement dans le temps et à travers celui-ci. Fruit de ce long cheminement personnel, cinquante-neuf poèmes ont pris corps pour dessiner une oeuvre cohérente autour de la figure du romantique impuissant.
ISBN : 978-2-296-56108-3 • juin 2011 • 84 pages, 11 € 
 
         
      BARIOLÉE
Riri Sylvia Manor
Traduit du roumain par Irina Mavrodin
"Les termes les plus adéquats pour décrire la poésie de Riri Sylvia Manor semblent être: authenticité, fraîcheur, innocence.Ce qui est étonnant dans sa poésie,c'est sa capacité à transformer tout ce qu'elle effleure, de réel et individuel en ce quelque chose d'imaginaire, qui, tenant du domaine de la poésie, est un cadeau offert à tout le monde." Irina Mavrodin
ISBN : 978-2-296-13145-3 • juin 2011 • 92 pages • 11 € 
 
         
    CHANTS LIMITROPHES
Patrick Chuine
Ce texte raconte une histoire... Sans doute un peu la nôtre, comme une Iliade contemporaine. L'histoire d'un enfant du siècle, né de la catastrophe et dans la barbarie. Parallèlement, le 11 septembre donne à ce texte un écho singulier : il inscrit dans notre siècle vagissant mais déjà déchiré le cataclysme fondateur ; c'est lui qui va justifier les quêtes et les conquêtes du héros poétique dans les sables d'Iraq et les montagnes d'Afghanistan.
ISBN : 978-2-296-55321-7 • juin 2011 • 94 pages • 11 €
 

 
Bon de commande
À retourner aux Éditions L'Harmattan, 5- 7 rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris
   
 
Titre
Prix Unitaire TTC
Nombre d'exemplaire
Total TTC
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Frais de port de 3 € pour le premier ouvrage
+ 0,80 € par ouvrage suivant
Frais de port
 
 
Total
 

 
NOM
.................................................................
ADRESSE
.................................................................
.................................................................
.................................................................

 
Ci-joint un chèque de ........................... Euros

 
Pour l’étranger, vos règlements sont à effectuer :

- en euros sur chèques domiciliés sur banque française

- par virement en euros :
  IBAN : FR04 2004 1000 0123 6254 4N02 011
  BIC : PSSTFRPPPAR
  Domiciliation :
  LA BANQUE POSTALE - CENTRE FINANCIER DE PARIS

- par carte bancaire (VISA, MasterCard)
  N°..............................
  date d’expiration ...../...../.....

 

COMMANDES

 
  - Comptoir Harmattan

 
7, rue de l’École-polytechnique
75005 Paris
Tél. : 01 40 46 79 20
Fax : 01 43 25 82 03

 
  - Site web

 
  - Ou chez votre libraire

 

 

 

 


 

L’IMPROBABLE N°65 OCTOBRE 2008

www.limprobable.org

Lecture-Rencontre Georges Hassomeris

Jeudi 23 octobre 19H00

Librairie A Plus D’un Titre 4 quai de la Pêcherie Lyon 1er

 

VIVE LA BAISSE TENDANCIELLE DU TAUX DE PROFIT MOYEN !

"Vive la baisse tendancielle du taux de profit moyen", nous dit le poète performer Georges Hassomeris dans un petit volume carré du Temps des Cerises qui, soit dit en courant, vaut bien des pavés solubles dans le brouet médiatique et communicationnel.

Je répète avec lui, vous ne m'avez pas écouté: "Vive la baisse tendancielle du taux de profit moyen!"

Ce n'est pas un titre fantaisiste, si on se donne la peine de l'interpréter. La baisse tendancielle du taux de profit moyen signifie, chez Marx, que la part du capital constant, injecté dans le déploiement des machines et des innovations technologiques, déborde celle du capital variable, fourni par le travail direct des hommes. Comme la part de capital constant pèse trop sur la plus-value, il se produit une baisse du taux de profit, qui produit à son tour des crises. Vous réclamez de la poésie? Hassomeris réclame la baisse tendancielle du taux de profit moyen, parce qu'il veut la crise. Il veut le bordel parce que c'est la seule façon de rebattre les cartes. De rejouer l'Histoire pour que chacun ait enfin le droit de jouer. Si ce n'est pas de la poésie, ça...

Les inégalités contemporaines placent de plus en plus le travail des individus à la marge, quand ils ont un travail, tirent un trait sur les marginaux, procurent des marges de profit toujours plus obscènes à ceux qui s'enrichissent sans déployer une force de travail digne de ce nom, et toujours sur le dos des autres. La globalisation a non seulement répandu les innovations technologiques pour faire du monde entier une marchandise, mais le caractère matériel du monde est en train de s'abolir, pris dans le jeu virtuel de son pari sur le néant. Le seul fait matériel dont on soit sûr au fond, c'est la feuille de papier telle qu'on la tient entre ses doigts dans ce petit livre. Ce n'est donc pas un hasard si Hassomeris en fait des tonnes (de papier) sur la déforestation.

Pour reprendre une autre analyse marxienne, dans l'histoire de l'esthétique, la tragédie revient sous forme de comédie pour que l'on apprenne à se séparer avec gaieté du passé. Hassomeris convoque la tradition poétique et philosophique, non pour acter la séparation d'avec le vieux monde mais pour indiquer que le monde moderne, ses claviers, ses bedeaux, ses benêts à l'audimat impeccable, tout cela c'est déjà du vieux. Et ils ne le savent même pas, les visionnaires de la télévision. Il s'agit de fonder un monde nouveau. Mettre l'actuel en crise. Du bordel peut résulter un autre monde. Le paradoxe (très grec, le paradoxe) est que la poésie d'Hassomeris n'est pas bordélique. Elle ne serait pas efficace à ce point sinon. Il annonce la couleur. Elle est rouge. Il annonce la méthode. Cynisme (la philosophie du même nom bien sûr) + beau boulot de l'aède. C'est que Georges Hassomeris est grec. Grec de France. Un Héraclite des fez. Si, selon Horace, "la Grèce soumise a soumis son grossier vainqueur", au point que César ait prononcé les mots fatidiques: "tu quoque..." en grec:  - KAI ΣY, TEKNON... BPOVTE !, le Grec insoumis nous indique que la langue des petits (nous tous) travaille déjà au corps la langue des marchés et de Coca Cola. C'est la profession de foi du saboteur postmoderne et joyeux. Postmoderne et joyeuse cette manière d'utiliser le patrimoine rimbaldien sans se laisser impressionner:

- & asseoir un beau jour l'intelligence sur ses genoux

& la trouver

Conne

C'est la performance de poésie telle qu'on l'aime, véritablement performative. Elle n'attend pas la fin d'un manifeste improbable pour renoncer du même non-mouvement au poème. Non, c'est bien de la poésie. Bien sûr la poésie, surtout celle de Diogène, si elle ne craint aucun grand personnage, ne se prend pas pour plus grande qu'elle n'est. Où a-t-on jamais vu que si elle mettait le feu, elle garantirait la durée de l'incendie ? Mais le simple fait qu'elle fasse rire (et jamais ricaner) est une triple bonne nouvelle:

1) Parce qu'on peut rire en poésie.

2) Parce que le rire n'a pas renoncé à sa charge critique explosive.

3) Parce qu'un autre monde est clairement possible, qui n'a rien à voir avec le Monde 2.

Voici un Art de vivre en poète révolutionnaire pour faire de l'existence un poème à vivre:
- & consacrer sa vie tout entière

À la Révolution

& non seulement ses soirées libres

Voici un programme très précis de libération des masses:

- &Ne plus jamais travailler sauf

Le 1er mai

Il faut laisser les poètes marxistes (qui n'ont strictement jamais ciré aucune botte) devenir les ingénieurs du monde, baliser les chemins de l'utopie (ils existent). Cela fera du bien aux ingénieurs et au monde:

- & Résoudre 1 Le problème de l'emploi

2 Celui du pouvoir d'achat

& 3 LIBÉRER AUSSI LES &TOILES

(S'est-on demandé en effet pourquoi l'État ne consacre pas "10% du budget National" à la poésie?)

Vive la baisse tendancielle du taux de profit moyen!


© Jean-Luc Despax, in http://bibliobs.nouvelobs.com/blog/poesie-a-haut-debit/vive-la-baisse-tendancielle-du-taux-de-profit-moyen   

 

 


 

 

111 poètes d'aujourd'hui en Rhône-Alpes 


       

 


 

 

 



Chant XXXII, extrait de
Deux couleurs existent au monde
le vert est la seconde

de Sergio Atzeni
traduit par Marc Porcu.







       






Ce fragment,
arraché par Hervé Bauer,
à l'invincible été.
et
l'anneau...

 

 


 

 


LE MONDE EN DERIVE de Michel Bret

Miniature de Gilles Meunier

 


 

le poème de Dublin
poème irlandais
(extraits) de Jean de Breyne

Gravures de Paul Hickin

 

 


 

 






Deux extraits des
Lettres de Pandora
de Bernadette Griot.

 

 








Le jour d'un autre temps
de Georges Hassomeris.

 


 

 

Rétention du souffle :
Poème suite à l'expulsion des Sarkissian
Centre de rétention administrative,
aéroport Saint-Exupéry, Lyon, mars 2007
poème de Stéphane Juranics

 

 

 


 

 











Les vents se lèvent... de Thierry Lambert.



 


 

 

 

La Tour de Gil Saurus

 

 

Sommaire